Archive
Recherche

La légende d'Ahimsa

Harmonie avec les autres (yama) Bouddha était un grand maître de ahimsa (prendre soin) ; il pouvait influencer les hommes et les bêtes sauvages pour les rendre pacifiques. La légende dit qu'un jour, il marchait sur la route avec ses amis ; en le voyant, Devadatta, son cousin jaloux, libéra un éléphant ivre en espérant qu’il l'écraserait . Quand l’éléphant furieux chargea, les gens s’enfuirent dans tous les sens ; les amis de Bouddha le supplièrent de fuir mais il resta calme et refusa. Cela énerva encore plus l’animal et il fonça droit sur lui ; Bouddha leva la main en geste non violent et la bête s’arrêta net et s’agenouilla devant lui ! Je suis attentif , attentionné. Je tends vers. J'ai

Le nettoyage intérieur

Harmonie en soi (niyama) Saucha est la propreté, la pureté. Elle est le premier des cinq principes de Niyama (harmonie en soi). Elle commence par le "nettoyage intérieur": éduquer au discernement en matière de nourriture absorbée et d'hygiène, mais également à l'observation de l'état émotionnel de tout son être. Grâce à la "douche imaginaire" (cf Laetitia Mori-Straub, Association Anumati), les enfants passent en revue l'ensemble de leur corps et se débarrassent de toutes les tensions accumulées. Ainsi, ils créent de l'espace en eux et sont plus disponibles pour accueillir ce qui vient de l'extérieur. La poubelle de la colère En cercle à plusieurs ; debout : on imagine une poubelle au centre

Jouer à "être"

Espace du corps (asana) Pendant une séance de yoga, l'enfant joue à "être" à partir du symbolisme véhiculé par les postures. Les animaux, les éléments de la nature ou les personnages héroïques sont des supports formidables pour la création de contes-yoga. "L'enfant s'identifie aux qualités de la posture... Grâce au changement physique extérieur, va peu à peu s'opérer une métamorphose intérieure, lorsque le mental et la créativité de l'enfant sont orientés vers elles". ( B.A. Neveu) Le conte de la tortue de mer (L'enfant expérimente les postures qu'il a pratiquées plusieurs fois pour les intégrer; il s'imprègne également de la morale de l'histoire). Une tortue géante se promène au bord de l’o

"Le chien qui a chaud"

Energie de la respiration (pranayama) La respiration du chien qui a chaud est une respiration anti panique Cet exercice respiratoire permet de faire le lien entre émotions et souffle : Le chien qui a chaud ou le chien qui a couru. Réguler, calmer et approfondir sa respiration apaise le système nerveux et permet de relâcher les tensions tout en améliorant la concentration. On voit tout de suite à la respiration d'un enfant s'il a des tensions intérieures. Si on a peur ou lorsque l’on est angoissé, respirer comme un chien qui a chaud après avoir couru. Tirer la langue et respirer par la bouche en imitant un chien qui a chaud ; les mains sur le ventre qui rentre à chaque expiration.

Rencontre avec soi-même

Relaxation (pratyahara) La relaxation permet à l'enfant de percevoir son corps en étant au plus proche de ses sensations. Il sent et observe son corps. La visualisation d'images, le contact, la mobilisation, la contraction et le mouvement, lui permettent d'utiliser ses sens de l'intérieur. Je suis comme un bateau sur l'eau Le toucher : avoir conscience de l'arrière du corps "Allongé confortablement sur le dos, je respire par le nez et je ressens chacune des parties du corps posées au sol énoncées de la tête aux pieds: l'arrière de la tête, les épaules, les coudes, le dos des mains, tout le dos, les fesses, les mollets, les talons, tout l'arrière du corps"

L'attention aux émotions

Concentration (dharana) Nos émotions sont utiles. Ce sont elles qui nous donnent notre conscience d’Être. Surtout n'empêchons pas un enfant d'exprimer une émotion, mais encourageons-le à décrire son ressenti dans l'instant. "Si je suis triste, c'est parce qu'il m'a blessé ; les larmes viennent toutes seules, je ne peux pas les empêcher!" A l’aide d’un « Memory des émotions », chaque enfant s’exprime en plaçant sur les visages ce qu’il ressent dans l’instant. Ainsi il est attentif à ses sensations internes, identifie ses sensations interoceptives et met des mots sur ses ressentis. Le jeu de memoire lui permet d'affiner sa capacité d'observation et de concentration. Quand je suis triste Je me

"Je suis fatigué !"

Méditation (dhyana) Au mois d'octobre, particulièrement depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, on entend fréquemment les enfants dire: "Je suis fatigué". Les parents abondent en ce sens... « C’est sur la base du jeu que s’édifie toute l’existence expérientielle de l’homme ». D.W. Winnicott Méditer c'est réfléchir profondément : alors ensemble (yoga), nous réfléchissons : lorsque je dis "je suis fatigué", est-ce que cela signifie que mon corps demande du repos car il a eu une activité intense ou qu'il manque de sommeil ?... Ou cela signifie-t-il que j'en ai assez de faire ce que je suis en train de faire, qu'aller à l'école tous les matins est barbant, que j'ai envie d'autre

"Je deviens ce dont je rêve"

Joie (samadhi) Le SANKALPA est une graine de puissance que je sème en moi, une graine qui va m'aider à devenir ce que j'aimerais être et vivre ce qui m' inspire. SANKALPA signifie en sanskrit "souhait, résolution positive, voeu". "Deux jardiniers avaient un magnifique jardin avec des arbres pleins de fleurs et de belles pousses qui sortaient de terre. Mais un jour il y eut un orage de grêle terrible et leurs jardins furent détruits. Ils ne réagirent pas de la même façon : l’un des deux, désespéré, s’enferma dans sa chambre en se répétant qu’il était ruiné et il n’arrivait plus à dormir ; il fut effectivement ruiné. L’autre compta le peu d’argent qui lui restait et acheta des graines et des p

Posts à l'affiche
Derniers Posts