Archive
Recherche

Harmonie avec les autres (Yama)

La non-violence (ahimsa) «Si je souffle tout doucement sur la flamme je la fais vaciller ; si je souffle trop fort, je l’éteins… De la même façon, je prends soin de la manière dont je parle aux autres : avec douceur et tendresse ». Une bougie allumée : Je souffle pour faire vaciller la flamme : j’expire le plus longtemps possible, en contrôlant mon souffle, de manière à ne pas éteindre la flamme. Je peux avoir en moi l’énergie de force ou l’énergie de calme : je peux choisir de souffler fort et d’éteindre la bougie d’un seul coup, ou de souffler doucement pour faire seulement vaciller la flamme.

Harmonie en soi (Niyama)

La propreté, la pureté (saucha) Le petit chemin dans le corps : Le corps est comme une maison, avec différents étages et différentes pièces. On prend soin de sa maison. Pour prendre soin de son corps, des autres, de tout ce qui nous entoure, il faut simplement faire attention. Faire attention signifie prendre conscience. Je prête attention à chaque pièce de mon corps en parcourant un petit chemin qui part de la tête, pour arriver jusqu’aux pieds .

Espace du corps (Asana)

La posture de la joie ( SUKHASANA) Sukha signifie "bonheur" Asana signifie "posture" D'après les textes du yoga, c'est "la posture destructrice de tous les maux...", la posture où l'on est à son aise . Cette posture, assis en tailleur, est le point de départ de nombreuses postures en position assise. Avantages : lorsqu'elle est pratiquée régulièrement, elle renforce le dos et rend les hanches plus flexibles. Quand je travaille en classe ou quand je joue, je m'assieds le dos droit, les épaules détendues

Énergie de la respiration (Pranayama)

« Je respire par le nez à l’inspir comme à l’expir. Mon nez est toujours propre et dégagé ». Je suis bien dans mon nez ! Petit massage du nez : Prendre l’arête du nez entre la pulpe de l’index et le pouce, à l’intersection de l’os et du cartilage, le masser sans appuyer par de petits mouvements circulaires ou faire vibrer ses doigts. Avec l’index, masser de chaque côté des narines vers les pommettes. Cela permet de dégager le nez et même provoque l’éternuement qui est un excellent nettoyage du nez et des poumons.

Intériorisation (Pratyahara)

Petite comptine de l’air « L’air entre en moi Je le sens J’inspire L’air ressort Je le sens J’expire Dès qu’il est entré Il ressort Dès qu’il est sorti Il entre à nouveau J'inspire puis j'expire J'expire puis j'inspire Après le jour vient la nuit Et après la nuit vient le jour. »

Concentration (Dharana)

La répétition de mantras (japa) C’est pour l’enfant la berceuse par laquelle il se laisse porter sur des sons et sur un rythme : elle lui apporte calme et sérénité car elle est un support de concentration. Le bruissement de l’air sukhasana (posture de la joie, « en tailleur »), je respire calmement : j’inspire et je regarde ma main qui s’ouvre lentement. J’expire en refermant les doigts sans forcer. Pendant cet exercice, je porte mon attention sur le bruissement de l’air qui entre et sort par les narines (« sssss » à l’inspiration, « hhhhh » à l’expiration).

Méditation (Dhyana)

« Méditer signifie réfléchir profondément » Diadèmes de rosée : J’observe très attentivement les petites gouttes de rosée le matin sur les brins d’herbe. J’observe ce que je ressens, tout simplement…

Joie (Samadhi)

« On est les plus heureux ! » Attitude juste, corps droit ! Assis dans la posture de la joie (en tailleur), je me redresse sans être crispé à tout moment de la vie, car je suis conscient que la joie est en extension et la tristesse en flexion.

Posts à l'affiche
Derniers Posts